Peur instinctive
0
0

Peur instinctive : une émotion primaire chez l’Homme

Accueil » Articles divers » Peur instinctive : une émotion primaire chez l’Homme

Bienvenue sur Prendre Confiance ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute découvrir Le club des Actionneurs :  la première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie : cliquez ici pour en savoir plus (c’est gratuit !) 🙂

Vous montez sur les rails d’une montagne russe. Le wagon hésite un peu et votre cœur commence à battre plus vite. Vous savez ce qui vous attend ensuite. Une descente folle. Vous vous accrochez davantage aux rampes et vous vous préparez mentalement. Impossible de ne pas sentir la peur à ce moment, n’est-ce pas ? Eh bien, cette sensation est commune à tous les êtres humains. Il ne s’agit là que d’un exemple, mais nous éprouvons cette sensation tous les jours. En réalité, il s’agit de l’une des émotions les plus fondamentales chez l’Homme. Mais si la peur instinctive peut participer à notre survie — en nous prévenant du danger, elle peut également se transformer en une réelle phobie handicapante. La prudence est certes de mise pour assurer notre sécurité. Cependant, elle devient excessive et irraisonnée chez certains individus. Cela provoque une longue série de symptômes désagréables et souvent débilitants.

Pour pouvoir la surmonter, il convient de comprendre d’où elle vient. Alors, quelle est l’origine de la peur ? Comment peut-elle nous servir ? Et comment se débarrasser d’elle lorsqu’elle devient irrationnelle ? Éléments de réponse.

La peur : une émotion universelle

La peur instinctive. On en parle habituellement. Mais c’est quoi la peur plus concrètement ? La réponse semble évidente au premier abord. Il s’agit tout simplement d’une émotion pénible, parfois intense, qui se présente quand on prend conscience d’un danger de quelque nature que ce soit. Toutefois, on peut creuser un peu plus loin pour la comprendre davantage. En réalité, elle naît à partir d’une réaction du système nerveux et fonctionne comme un instinct. Cela signifie que nous parlons ici d’une tendance innée et héréditaire qui détermine nos comportements face à une situation qui menace notre sécurité et notre bien-être. C’est ça la peur instinctive. Elle se développe donc dès notre plus jeune âge. Néanmoins, nous parvenons à mieux juger les contextes au fil du temps.

Quoi qu’il en soit, la peur contribue à notre survie. En effet, elle nous encourage à redoubler d’attention afin de nous préparer à répondre adéquatement à un danger. Il est tout à fait naturel de la ressentir, par exemple lorsqu’on se tient au bord d’une falaise. La peur du vide reste normale dans ce cas. Les symptômes que l’on peut ressentir à ce moment font office d’avertissement, de signal pour nous inviter à être prudents. D’ailleurs, l’intensité de la peur instinctive peut différer selon les circonstances, mais aussi en fonction du caractère de la personne en question. Vous pouvez notamment ressentir une peur légère, modérée ou intense face à un chien. Votre réaction changera en fonction de la race ou encore de votre expérience passée avec cet animal.

Cependant, la peur peut aussi devenir irrationnelle, jusqu’à provoquer une véritable crise d’angoisse. Dans ce cas, ce n’est plus une question d’instinct, mais plutôt de jugement erroné. Lorsque cette situation se prolonge dans le temps, elle peut d’ailleurs se transformer en une anxiété chronique.

La peur instinctive est essentielle à la survie

instinct

La peur est une réponse naturelle du cerveau quand on est face à un danger. Il envoie alors des signaux qui activent le système nerveux. Certaines réactions physiques commenceront ensuite à se manifester. Cela inclut entre autres :

  • Les palpitations ;
  • Les tremblements ;
  • Les vertiges ;
  • Les maux de tête et/ou de ventre ;
  • Les douleurs musculaires, etc.

Parfois, on peut également avoir l’impression d’étouffer ou éprouver une sensation de serrement au niveau de la poitrine. À cela s’accompagne aussi une liste de symptômes psychologiques dans certains cas. La peur instinctive, lorsqu’elle persiste dans le temps, peut par exemple entraîner entre autres l’irritabilité, la fatigue ou encore les difficultés de concentration. Selon la personne en question, ces sensations peuvent être légères ou fortes.

Souvent, elles sont déclenchées par un événement surprenant ou inattendu. C’est par exemple le cas d’un bruit fort. Il peut s’agir ou non d’un réel danger, mais cela s’explique tout simplement par l’automatisme qui se déroule dans votre cerveau. Quelques secondes peuvent se passer avant qu’il ne parvienne à traiter correctement l’information et à évaluer ce qui se passe. Cette réaction associée à la peur instinctive est connue sous le nom de « combat ou fuite ». En effet, c’est exactement ce à quoi le corps se prépare. C’est-à-dire : combattre le danger ou courir rapidement pour se réfugier quelque part. Le corps reste dans cet état jusqu’à ce que le cerveau reçoive un message de fin d’alerte. Cela aura pour résultat de mettre fin à l’apparition de tous les symptômes.

Quoi qu’il en soit, la peur est là pour vous protéger. Elle agit comme une alarme de danger interne. Elle vous aide à prendre des décisions sages et prudentes. Ressentir la peur instinctive — à la bonne dose — peut aussi vous servir de motivation.

De la peur à la phobie, il n’y a qu’un pas

La peur et la phobie sont deux termes que l’on confond souvent. Et pourtant, il existe bel et bien une différence entre ces notions.

  1. La peur correspond tout d’abord à une réponse émotionnelle. Comme on vient de le constater, elle se présente suite à l’apparition d’une menace réelle ou perçue. Elle peut donc être une bonne chose dans la mesure où elle vous aide à éviter une situation potentiellement dangereuse. La peur instinctive peut d’ailleurs être provoquée par de nombreux stimulus. Vous pouvez par exemple développer des symptômes physiques en vous confrontant à un chien. C’est tout à fait normal, car cet animal peut être effrayant.
  2. Néanmoins, il peut aussi arriver que la simple peur se transforme aussi en phobie. On parle de « phobie » lorsque la réaction se produit sans qu’il y ait une menace réelle. On se réfère également à la peur irrationnelle dans ce cas. D’ailleurs, votre réponse ici peut être si intense qu’elle interfère dans votre vie quotidienne. Ainsi, on ne parle plus de simple peur instinctive.

Une personne qui a une phobie des espaces clos (claustrophobie) peut par exemple éviter de prendre les ascenseurs bien que ces derniers ne présentent pas de danger réel. Un amaxophobe peut pareillement avoir une peur panique de la conduite de voiture alors que les risques de provoquer un accident sont moindres. Bien évidemment, cela n’est pas impossible, mais ce qui caractérise la phobie est que la peur est non raisonnée et devient continue. Parfois, le simple fait de penser au fait d’être au volant ou de visionner une vidéo sur la conduite peut d’ailleurs déclencher des symptômes d’anxiété.

Peur instinctive et phobie : quand chercher de l’aide ?

La peur — quand elle est instinctive — n’a pas vraiment besoin de traitement particulier. En réalité, vous parviendrez à contrôler les réactions vous-mêmes au fur et à mesure que vous prenez conscience de l’envergure du danger. Ici, vous apprenez tout simplement à maîtriser vos émotions ou à sortir de l’environnement à problème.

Cela n’est pas le cas de la phobie. Pour cause, celle-ci s’avère souvent débilitante. Elle vous empêche d’effectuer certaines tâches du quotidien. C’est pourquoi il convient de chercher un traitement adéquat. Contrairement à la peur instinctive, une phobie sévère peut d’ailleurs avoir un impact sur la confiance en soi. Cela peut conduire à une dépression grave dans le pire des cas.

L’une des premières étapes pour s’en sortir sera donc de déterminer l’impact de votre peur ou phobie spécifique sur votre vie. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez profiter de l’aide d’un professionnel de la santé psychologique pour poser un diagnostic et trouver les meilleures solutions pour surmonter votre problème. Nous reviendrons sur ce sujet plus tard, mais l’essentiel à retenir jusque-là est qu’il reste normal d’éprouver une peur instinctive. Par contre, il se révèle judicieux de se rapprocher d’un spécialiste dès lors où votre phobie vous gâche la vie… De quelque manière que ce soit.

Le rôle de la confiance en soi pour contrer ce problème

Une chose est sûre : nous avons tous peur de quelque chose. Peut-être que pour vous, c’est le fait de confronter votre père autoritaire qui vous tétanise. Ou, s’agit-il plutôt du simple fait de parler à votre patron ? Probablement que c’est aussi la peur de l’échec qui vous terrorise ? Il existe autant de situations qui peuvent susciter en vous une peur instinctive ou une crainte plus ou moins sérieuse. Cependant, il est important de prendre conscience que la peur est le plus grand ennemi du succès. En réalité, elle vous incite à rester dans votre zone de confort. Elle vous fait passer à côté des opportunités qui se présentent à vous. Elle représente tout simplement un frein à votre épanouissement. C’est justement pour ces raisons que vous devez apprendre à la maîtriser.

La première étape pour ce faire consiste à développer votre estime et votre confiance en soi. La vérité est que la peur instinctive ou non peut rendre les atouts les plus nécessaires inutiles si vous ne croyez pas en vous. Et ce, même si vous êtes suffisamment compétent ou techniquement capable dans votre domaine de responsabilité. C’est simple, si vous êtes persuadé que vous êtes incapable de nager, vous n’allez même pas prendre des cours de natation. Votre phobie de l’eau vous empêchera même de vous approcher des lacs, rivières et mers. C’est précisément pour cette raison qu’il s’avère primordial de renforcer votre confiance en soi d’abord.

Plusieurs ressources peuvent vous être utiles pour surmonter la peur instinctive grâce à la confiance en soi. Vidéos, podcasts, audios, livres, magazines, articles, etc., vous n’avez que l’embarras du choix. Nous avons également déjà vu quelques pratiques qui peuvent vous aider sur Prendre Confiance. Rappelons notamment :

L’appropriation des émotions, une étape primordiale

maitrise émotion

Affronter ses peurs demande un véritable courage et une confiance en soi plus que solide. Lorsque vous avez un problème de confiance en soi, vous avez en effet tendance à entretenir des croyances limitantes qui nourrissent votre peur instinctive. Cependant, une attitude d’évitement n’est généralement pas la bonne solution. Si vous souffrez par exemple d’une peur obsessionnelle de la mort, vous n’allez pas vous cloitrer chez vous jusqu’à ne plus voir personne. Bien que cette option peut s’avérer utile (par exemple si vous avez une peur bleue des serpents venimeux), elle n’est pas toujours la meilleure. C’est d’autant plus vrai si elle vous gâche la vie.

Ainsi, même s’il est dans la nature humaine d’éviter les émotions qui nous effraient, il est important de vous les approprier. Et cela vaut également pour la peur instinctive. Ne vous cachez pas des facteurs de stress qui sont susceptibles de provoquer en vous une perturbation émotionnelle. Bien au contraire, reconnaissez leur présence.

  • Affontez les sentiments, même les plus désagréables.
  • Cependant, il est important d’avancer progressivement pour obtenir les meilleurs résultats.
  • Exposez-vous à l’objet, la situation ou la personne qui vous effraie.
  • Assurez-vous de le faire à petites doses pour ne pas en être submergé.

Tout cela vous aidera certainement à vous familiariser avec l’élément à problème. Ce qui diminuera au fur et à mesure l’anxiété que vous éprouverez lorsque vous y êtes exposés.

L’identification de l’origine de la peur instinctive

La peur est une fonction de survie à part entière. On le sait déjà ! Cependant, il se peut parfois qu’elle n’ait plus rien d’instinctif. Si les spécialistes ont par exemple établi un lien entre la peur des araignées et l’évolution, celle-ci n’a plus vraiment lieu d’être dans notre société actuelle. (Sauf si vous habitez en Australie qui compte un grand nombre d’araignées venimeuses.) Pour certaines personnes, la peur cache effectivement un souvenir traumatisant dans le passé qui continue d’avoir un impact sur leur vie actuelle.

Pour vous défaire de l’emprise de la peur instinctive, la meilleure solution consiste ainsi à déterminer son origine réelle. La méthode TIPI constitue par exemple un excellent outil à cet égard. Cette technique de régulation émotionnelle vous incite à revivre — avec l’appui d’un professionnel — les sensations désagréables auxquelles vous êtes soumis lors d’une exposition à un stimulus. C’est ce qui vous permettra de travailler sur l’origine de votre peur, mais de manière objective. Vous pourriez ainsi vous en détacher plus facilement.

Et voilà ! Avez-vous d’autres informations à ajouter ? Je vous invite à laisser un commentaire. Et si vous avez aimé cet article sur la peur instinctive, partagez-le sur les réseaux sociaux.

Partager cet article !

Redonnez du SENS à votre vie.

Le club des Actionneurs est la première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie en révélant votre Unicité.

Cet article vous a plu ?

Découvrez le club des Actionneurs :

Parce qu’être soi n’est pas négociable.

Le club des Actionneurs est la première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie en révélant votre Unicité.

En vous inscrivant au club des Actionneurs vous accédez immédiatement à :

  • La formation vidéo Comment redonner du SENS à sa vie accompagner de son workbook au format PDF.
  • 2 livres électroniques : Le petit guide pratique de la confiance en soi (84 pages) et De l’idée au projet de vie (70 pages)
  • Et pas mal d’autres surprises…

100% gratuit. Aucune carte de paiement requise.

Mathieu Vénisse

A propos de l’auteur

Après avoir obtenu mon Master en Sciences à l’Université de Nantes en 2009, je travaille pendant 4 ans en tant qu’ingénieur d’études auprès des plus grands noms français de l’aérospatiale, du nucléaire et du militaire. En février 2012, alors que je ne trouve plus aucun sens dans mon métier, je crée l'écosystème "Penser et Agir". C’est ainsi que je renoue avec mes passions : la psychologie, le développement personnel et l’entrepreneuriat. J’adapte à la psychologie et au développement personnel la logique et la structure des raisonnements que j’ai acquis en tant qu’ingénieur d’études pour créer ma propre approche : Le développement personnel par l’Action. Aujourd'hui, Penser et Agir, c'est plus de 100 000 visiteurs par mois, plus de 150 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui m'ont déjà fait confiance en suivant mes programmes en ligne et plusieurs sites internet dédiés dont Prendre-Confiance.fr fait partie. Pour en savoir plus : Qui est Mathieu Vénisse ?

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

OFFERT : + de 2h de formation vidéo pour redonner du SENS à votre vie :