matrice de prise de décision
0
1
0
1

Matrice de prise de décision : renforcer la confiance en soi et en ses décisions

Accueil » Articles divers » Matrice de prise de décision : renforcer la confiance en soi et en ses décisions

NOUVEAU : Trouvez votre Ikigai en 2 h et Redonnez du SENS à votre Vie !

Recevez la formation 100 % offerte « Comment redonner du sens à votre vie » pour réinventer votre vie grâce au pouvoir du développement personnel par l’Action (même si vous n’avez pas de passion ou de projet défini).

Cliquez ici pour découvrir le programme et vous inscrire gratuitement (déjà + de 25 000 inscrits !)

Les décisions donnent une orientation à notre vie. Lorsqu’elles sont réfléchies et mises en œuvre à temps, nous nous sentons plus confiants. C’est Harry Truman qui affirmait, à juste titre, que « les grandes réalisations sont toujours précédées de grandes décisions ». En revanche, la peur de l’échec peut être si paralysante qu’elle nous fait douter de nos choix. Parfois, nos décisions sont éclairées, mais sans échelle précise pour les mesurer, nous ne pouvons qu’être inquiets. La matrice de prise de décision donne de la crédibilité à nos décisions. Grâce à cet outil, nos décisions sont mesurables, logiques et rationnelles. Elle nous aide à lutter contre l’indécision.

Comment la matrice de prise de décision peut-elle combattre la peur de l’échec ?

La peur de l’échec a un impact émotionnel sur nous que nous pouvons réduire considérablement. Il est possible, par exemple, de se détendre pour réduire le stress lié à la peur ou, mieux encore, de se donner les moyens de réussir. En s’assurant de prendre la meilleure décision, on peut réduire les doutes et les peurs qui nous habitent.

Moi aussi, il m’arrive d’avoir peur d’échouer. C’est une peur légitime, et il est même parfois nécessaire de la traverser. Mais lorsque je m’assois pour réfléchir à une solution, la peur devient beaucoup moins oppressante. En effet, en réfléchissant à une solution, je peux percer un certain nombre de mystères. Et le problème semble beaucoup plus simple à résoudre.

La matrice de prise de décision est un outil clair qui, grâce à une approche structurée et rationnelle, permet de prendre des décisions. L’utilisation de cet outil permet d’évaluer objectivement différentes options sur la base de critères prédéfinis. Cela réduit considérablement l’impact émotionnel de la peur de l’échec.

Ce n’est pas seulement une façon de prendre une décision, c’est aussi une façon de reprendre confiance en soi. En effet, une fois que vous aurez complété votre matrice de décision, vous gagnerez en confiance, en certitude et en clarté d’esprit.

L’impact de la peur de l’échec sur la prise de décision

Notre capacité à prendre des décisions peut être fortement affectée par notre peur de l’échec. Notamment parce que cette peur est paralysante et nous fait douter de nous-mêmes.

La peur de l’échec, par exemple, peut entraîner une paralysie de l’analyse. Elle nous fait passer trop de temps à évaluer tous les risques potentiels, ce qui nous empêche de prendre des décisions. Cette peur peut également nous amener à éviter les risques et à ne pas oser de nouvelles idées par crainte des conséquences négatives d’un échec.

La matrice de prise de décision élimine la part d’incertitude dans la prise de décision. Grâce à une analyse objective et rationnelle, vous pouvez prendre des décisions éclairées.

Dans le monde du travail, la peur de l’échec peut freiner la croissance d’une entreprise. Elle limite la prise de décision audacieuse. De plus, elle peut vous amener à remettre en question toutes les décisions que vous prenez. Cela a un coût émotionnel et financier. Certains évitent même des projets cruciaux de peur de choisir la mauvaise option.

Pourtant, l’échec fait partie intégrante du processus d’apprentissage. C’est pourquoi il est important de le considérer comme une opportunité de progrès, plutôt que comme un événement négatif. Grâce à une analyse nuancée des risques, la matrice de prise de décision permet de porter un regard neuf sur l’échec, en le considérant comme un processus et non comme une fatalité.

Le cas de l’impact de la peur de l’échec sur la performance sportive

Le moins que l’on puisse dire, c’est que tout le monde à connu la peur de l’échec. Même les plus grands athlètes y sont confrontés. Or, tout le monde ne gère pas cette peur de la même manière. Pour certains, elle paralyse, pour d’autres elle renforce.

La peur de l’échec peut avoir un impact important sur les performances sportives. Des études récentes ont montré que les perfectionnistes ont tendance à avoir une plus grande peur de l’échec que les excellentistes. Cette peur peut entraîner une rétractation de la réaction du corps à l’action. Cela affecte la capacité à réaliser des performances efficaces. En outre, la peur de l’échec peut conduire à des perceptions négatives, telles que la remise en question de son talent. Ou encore la peur des répercussions sociales et de la déception des proches en cas d’échec.

C’est pourquoi il est essentiel de gérer efficacement cette peur en adoptant des attitudes positives. En intégrant l’échec comme un processus d’apprentissage et en privilégiant l’excellence plutôt que le perfectionnisme.

Les bienfaits de la matrice de prise de décision sur la confiance en soi

outils d'aide à la décision

« La pire des décisions est celle que l’on n’a pas prise. Zig Ziglar

Cette matrice, comme beaucoup d’autres outils d’aide à la décision, renforce la confiance en soi et en ses capacités.

Une matrice de décision nous permet de prendre des décisions basées sur des critères objectifs plutôt que sur des peurs irrationnelles. Elle réduit l’impact émotionnel de la peur de l’échec et donne confiance en ses choix.

Elle offre une vision claire des différentes options et de leurs forces et faiblesses. En évaluant chaque option de manière structurée, la matrice de décision contribue à réduire les doutes et les hésitations. Nous pouvons alors agir avec plus de confiance. Si une décision n’aboutit pas, la matrice permet d’analyser ce qui n’a pas fonctionné et d’en tirer des leçons. Nous renforçons ainsi notre confiance dans notre capacité à prendre de meilleures décisions à l’avenir.

De plus, elle nous permet d’oser prendre des risques plus calculés.

Comment créer une matrice de prise de décision ?

Commencez par dresser une liste des critères qui comptent le plus pour vous. Impliquez d’autres personnes si possible, afin d’obtenir une vue d’ensemble. Par exemple, il peut s’agir du salaire, de la ville, de l’ambiance de travail, du type de management, etc. si vous souhaitez changer d’emploi. Plus vous avez de critères pertinents qui comptent beaucoup pour vous, mieux c’est.

Ensuite, attribuez un poids relatif à chaque critère en fonction de son importance. D’une manière générale, le nombre de points va de 1 pour peu important à 5 pour très important. Par exemple, si le salaire est important pour vous, mais pas plus que les autres critères, vous pouvez lui attribuer une note de 3. Si la possibilité d’évoluer au sein de l’entreprise est la plus importante, attribuez-lui une note de 5. C’est cette pondération qui fait la force de la matrice de prise de décision.

L’étape suivante consiste à dresser la liste de toutes les options possibles. Par exemple, vous devez choisir un lieu d’implantation pour votre prochaine entreprise. Vous établissez des critères tels que la proximité des clients, le coût de l’immobilier, la concurrence, l’accessibilité, etc. Ainsi, vous devriez disposer d’une liste exhaustive des sites les plus intéressants.

Pour chacune de vos options, attribuez une note de 1 à 5 pour chaque critère. Additionnez ensuite les résultats pour obtenir une note totale. L’option qui obtient le score le plus élevé est logiquement la meilleure.

Cependant, vous devez vous demander si l’option ayant le score le plus élevé est vraiment la meilleure. Pour ce faire, vous devez également tenir compte de vos sentiments. Outre les chiffres, l’intuition et le pressentiment ne doivent pas être négligés.

Comment identifier les critères pertinents pour une matrice de prise de décision ?

La peur de l’échec peut être utilisée pour développer des critères plus pertinents. En particulier, demandez-vous ce qui est vraiment important pour vous et ce que signifie le succès. De plus, vous devez impliquer le plus grand nombre possible de parties prenantes pour obtenir une vision holistique. En d’autres termes, les opinions, les critères et les besoins des autres peuvent vous aider à enrichir vos propres critères.

Votre liste de critères ne doit pas être longue. Elle doit simplement contenir les critères les plus importants et les plus pertinents pour une situation spécifique. C’est pourquoi vous devez affiner votre liste de critères. Si nécessaire, utilisez des méthodes telles que le vote multiple pour parvenir à un consensus.

La matrice de prise de décision est pertinente lorsque vous attribuez correctement des poids relatifs aux critères. Assurez-vous d’avoir un poids relatif en fonction de l’importance de chaque critère pour la prise de décision. Répartissez les points de manière à ce que les critères les plus importants reçoivent une plus grande part du total des points.

Veillez également à ce que vos critères tiennent compte des aspects liés à la peur de l’échec. Par exemple, les critères de gestion des risques, la résilience face à l’échec et la capacité à tirer des leçons des erreurs passées.

5 conseils pour surmonter la peur de l’échec

Avant tout, il convient de préciser que ce n’est pas véritablement l’échec que vous craignez. Ce sont plutôt les conséquences négatives qui le suivront. En prendre conscience est la première étape pour surmonter la kakorraphiophobie. En plus de la matrice de prise de décision, voici 5 conseils supplémentaires pour lutter contre la peur de l’échec

Éviter de généraliser les échecs

La peur de l’échec est fortement liée à la crainte de ressentir de la honte et de l’embarras. Si elle vous habite aujourd’hui, c’est d’ailleurs probablement à cause d’une expérience passée. Face à ce genre de circonstances, nous avons effectivement tendance à associer l’échec à notre personnalité. Les phrases comme « je suis un loser de toute façon » viennent alors alterer notre jugement envers nous-mêmes. Et pourtant, vos erreurs ne vous définissent pas. Elles ne doivent pas dicter vos actions présentes.

Bien évidemment, elles font partie de votre vie, mais vous n’êtes pas obligé de vous blâmer constamment à cause d’elles. La peur de l’échec ne vous apportera rien. Souvenez-vous, « qui ne risque rien n’a rien ». Alors, au lieu de vous condamner, acceptez vos échecs et vos erreurs. Ne les laissez pas vous empêcher d’essayer de renouveler l’expérience ou de vous lancer d’autres défis. Si quelque chose vous préoccupe particulièrement, cherchez comment l’améliorer. Pensez aux solutions plutôt qu’aux problèmes. Et surtout, dissociez l’échec de votre personnalité. Ce n’est qu’ainsi que vous pourriez espérer atteindre la paix intérieure. D’autant plus que cela vous aidera à améliorer votre dialogue intérieure.

Soigner son discours interne pour surmonter la peur de l’échec

La prochaine étape consiste à changer la façon dont vous percevez l’échec. Cela participera considérablement à l’atténuation du sentiment de peur. D’ailleurs, il peut s’agir d’une opportunité inouïe pour vous aiguiser vos compétences dans un domaine particulier. La déception serait certainement au rendez-vous, mais il est encore plus important de garder une perspective saine.

C’est pourquoi je vous invite aussi à rester positif. Cela ne sert à rien de vous dévaloriser. Ne vous préoccupez pas des autres. Concentrez-vous sur votre propre cas. Ainsi :

  • Assumez vos responsabilités, ne vous sentez pas coupable pour laisser la peur de l’échec derrière vous ;
  • Ne soyez pas trop critique envers vous-même ;
  • Apprenez et passez à autre chose ;
  • Fuyez les ruminations mentales ;
  • Cherchez de l’aide professionnelle s’il le faut pour reprendre confiance en vous.

Travailler sur la confiance en soi pour vaincre la peur de l’échec

Avoir peur d’échouer constitue un véritable frein à votre réussite. Néanmoins, il est largement reconnu que les insécurités que l’on éprouve envers soi ne doivent pas être une raison pour ne pas agir. Mais bien entendu, avoir le courage de passer à l’action demande une confiance en soi inébranlable. Pour cause, elle renforce la conviction que vous êtes intrinsèquement capable. C’est l’une des principales sources d’énergie et de motivation au quotidien. Pareillement, elle vous aide à rester résilient face au stress et à l’échec. Elle s’avère aussi utile pour dépasser les croyances limitantes.

L’un des meilleurs moyens pour vaincre la peur de l’échec est d’ailleurs d’établir des objectifs réalisables et réalistes. À chaque fois que vous devriez entamer un nouveau projet, pensez à établir un plan d’action afin d’avancer petit à petit. Dans votre matrice de prise de décision, vous pouvez utiliser des objectifs SMART (spécifique, mesurable, atteignable, réaliste, temporel) pour définir vos critères de sélection..

Avoir de la compassion envers soi-même

Parlez à vous-même comme si vous discutiez avec votre meilleur ami. Il est effectivement étonnant de voir comment on a tendance à réconforter nos proches lorsqu’ils échouent, tandis que nous nous pressons de nous blâmer lorsqu’il s’agit de nous-mêmes. Cette attitude exacerbe pourtant la peur de l’échec. Alors, offrez-vous le même soutien et le même encouragement que vous accorderiez certainement aux autres. De petits messages encourageants et chaleureux ne font d’ailleurs du mal à personne.

Pour vous aider dans ce cas, vous pouvez essayer les techniques de méditation qui peuvent décupler votre assurance. La pleine conscience en est un bel exemple, mais le simple fait de profiter d’un moment pour soi peut suffire. Consacrez quelques minutes pour vous recentrer sur vous. Durant ce temps, trouvez-vous des points positifs, des qualités. Énumérez-les à haute voix si besoin.

Combattre le perfectionnisme pour surmonter la peur de l’échec

peur de l’échec

Le perfectionnisme vous fait penser que vous n’avez pas le droit à l’erreur. L’échec peut même vous faire sentir indigne ou comme un raté. En vous efforçant d’atteindre la perfection, vous vous heurtez pourtant à un mur qui vous empêche d’entamer de nouveaux projets que lorsque vous êtes sûr de réussir. Votre zone de confort devient un cocon de réconfort que vous ne voulez pas quitter. Et cela peut être pesant à la longue.

La matrice de prise de décision, par exemple, peut être utilisée pour renforcer votre capacité à prendre des décisions. Mais ne vous attendez pas à ne plus rencontrer d’échecs avec elle, car les erreurs et les échecs font partie de l’équation.

De plus, selon les chercheurs canadiens en psychologie Paul Hewitt et Gordon Flett, les perfectionnistes sont constamment stressés, ce qui les rend plus enclins aux problèmes émotionnels, physiques et relationnels.

Alors, je vous propose aujourd’hui de le remplacer par le lâcher-prise. Autorisez-vous à faire des erreurs pour faire face à la peur de l’échec. Ce n’est qu’ainsi que vous constateriez qu’un échec ne représente pas la fin du monde. Bien au contraire, c’est l’occasion pour vous d’apprendre, de grandir et de vous améliorer en tant qu’individu à part entière.

Vous voulez tenter l’expérience dès maintenant ? Pourquoi ne pas commencer à choisir un passe-temps dans lequel vous n’êtes pas forcément doué ? Au lieu d’essayer d’être « parfait », essayez plutôt d’apprécier l’activité et d’apprendre progressivement. De même, baissez la pression que vous vous imposez. Soyez gentil avec vous-même et pratiquez l’acceptation de soi pour surmonter la peur de l’échec. Ne vous infligez pas des normes irréalistes, difficiles à atteindre. Soyez tout simplement ravi d’être vous.

Partager cet article !

Trouvez votre Ikigaï en 2 h

Recevez la formation 100 % offerte « Comment redonner du sens à votre vie » pour réinventer votre vie grâce au pouvoir du développement personnel par l’Action.

Formation redonnser du sens à sa vie (RDS) avec le concept d'Ikigai présenté par Mathieu Vénisse - Scène 3D

Cet article vous a plu ?

Trouvez votre Ikigaï en 2 h et Redonnez du SENS à votre Vie

Parce qu’être soi n’est pas négociable.

Formation redonnser du sens à sa vie (RDS) avec le concept d'Ikigai présenté par Mathieu Vénisse - Scène 3D

Recevez la formation 100 % offerte « Comment redonner du sens à votre vie » pour réinventer votre vie grâce au pouvoir du développement personnel par l’Action. 

(même si vous n’avez pas de passion ou de projet défini)

100% gratuit. Aucune carte de paiement requise.

Mathieu Vénisse

A propos de l’auteur

Après avoir obtenu mon Master en Sciences à l’Université de Nantes en 2009, je travaille pendant 4 ans en tant qu’ingénieur d’études auprès des plus grands noms français de l’aérospatiale, du nucléaire et du militaire. En février 2012, alors que je ne trouve plus aucun sens dans mon métier, je crée l'écosystème "Penser et Agir". C’est ainsi que je renoue avec mes passions : la psychologie, le développement personnel et l’entrepreneuriat. J’adapte à la psychologie et au développement personnel la logique et la structure des raisonnements que j’ai acquis en tant qu’ingénieur d’études pour créer ma propre approche : Le développement personnel par l’Action. Aujourd'hui, Penser et Agir, c'est plus de 100 000 visiteurs par mois, plus de 150 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui m'ont déjà fait confiance en suivant mes programmes en ligne et plusieurs sites internet dédiés dont Prendre-Confiance.fr fait partie. Pour en savoir plus : Qui est Mathieu Vénisse ?

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFERT : + de 2 heures de formation vidéo pour trouver votre Ikigai :